(vide) (vide) (vide)
 
Logo The Web France Photo des cinq membres du groupe
Fan-Club officiel francophone de Marillion
 
 


2 chroniques pour ce disque - Note moyenne : 9,5/10
Trier par    [ date ↓ ]   [ auteur ]   [ note ]


Par lolicasi, le 11/10/2017 à 17:31. Note : 9/10

LE MARILLION nouveau est arrivé et quel changement, quel bonheur!

dès la 1ère écoute j'accroche, je le trouve si différent de tous les autres, depuis Marbles, que je pensais inégalable, je n'avais rien entendu de pareil. 5 titres à la manière de Montréal ou Gaza, long mais différents et qui rendent l'ensemble cohérent. Des Thèmes forts, noirs et engagés, mais surtout c'est dans le jeu de mes musiciens favoris que la différence est flagrante:

- Ian à changé son jeu ou plutôt; a rajouté un je ne sais quoi de différent, un régal.

- Mark est beaucoup plus présent, avec des sons surprenants, i ndispensable à l'atmosphère particulier de FEAR.

- Pete n'a jamais été aussi bon, le son de sa basse s'est arrondi, maitrise totale.

- Monsieur Steve, bien que moins présent, (je trouve le son de sa guitare un peu faible dans le mix) reste pour moi, heu, je ne sais plus quoi dire à son sujet... oh mon maitre.

- Quand à H, on voit de suite qu'il est l'auteur de tout l'album, impliqué, puissant. Bien que chacun est son avis à ce sujet et pour avoir eu l'honneur et la chance d'être au Zénith hier, comment peut-on encore avoir cette fameuse polémique entre Fish et lui, ce n'est pas la même musique, le même univers, H n'est pas H, il est Marillion au même titre que ses compères et pour ma part
J ADORE.
PS. si je n'ai pas mis 10 c'est que MARILLION c'est comme le bon vin… vivement le prochain album.



Par Nico du 02, le 24/09/2016 à 22:22. Note : 10/10

Quatre ans, c’est long, c’est court, c’est beaucoup. C’est aussi le temps qu’il a fallu patienter avant d’entendre du son neuf produit par Marillion.
Le bébé dans les mains, je regarde la jaquette et il n’y a « que » 5 titres. 3 titres longs construits comme Brave, Eldorado composé de 5 morceaux enchaînés, The leavers en regroupe 6 et The New Kings 4. Il y a deux morceaux « courts » Living in Fear & White Paper.
C’est avec fébrilité que je pose la galette laser sur la platine…..La première écoute débute et…..ma première réaction a donné un truc dans le genre : « Mais qu’ont-ils fait ?? Qu’est ce que c’est que ça ???? ».
La digestion sera quelque peu difficile. Seuls deux morceaux auront « fait tilt » après cette écoute inaugurale White paper & The New Kings.

Etant obstiné je réécoute les morceaux lors d’un run quelques heures après cette première écoute …..inquiétante…
Une course à pied avec le dernier Marillion est un luxe !!!! …...l’écoute au casque permet d’assimiler les longs morceaux de ce 18ème Opus….. la deuxième écoute me rassure …...des mélodies se bousculent dans ma tête…..c’est plutôt bon signe !!!!
Maintenant j’en suis à plus de dix écoutes……l’album passant dans tout ce qui peut produire de la musique, platine laser, autoradio, téléphone …...
Eldorado ouvre de manière magistrale, l’album mélancolique à souhait, l’intro, les oiseaux , le thème principal dénonçant les injustices du moment et le comportement de l’Angleterre dont H a honte…… On peut même déceler un sentiment d’impuissance….de colère intérieure….
Ce morceau est beau à pleurer….. la voix de H couplée au piano de Mark…..aux arpèges de Pete, à la batterie de Ian et à la guitare de Steve font que l’on retrouve un groupe musicalement posé, sur de son fait, sur de son art…….
Arrive Living in fear un titre dont Marillion a le secret. Du Marillion « pur jus » avec un final très « Gospellien » que personnellement j’aime beaucoup.
La pièce maîtresse de l’album…..The leavers….. Titre relatant la vie des peuples « migrants » au travers de leurs souffrances, leurs déracinements, liés à leurs expatriations. ….
Ce titre est d’une beauté incommensurable, une succession de climats ponctués par de splendides passages de claviers jouées par un Mark Kelly des grands soirs !!!!!!
Là encore la voix triste et mélancolique de Monsieur Hogarth se marie merveilleusement avec les guitares planantes de Steve Rothery et les claviers chatoyants de Mark kelly.
Ensuite, arrive White Paper un morceau bien plus court que les précédents mais tout aussi mélodieux les claviers de Mark font là encore merveille …..
Arrive The New Kings. Une version « courte » composée de « Fuck Everyone & Run » et du début de « Russia’s Locked Door » était diffusée depuis la mi août sur la chaine oficielle du groupe. Ce titre est une critique acerbe du monde de la finance, des banques, des banquiers qui se vautrent dans leurs océans d’argent et d’or…… La voix, les claviers, la basse, la batterie et le final grandiose de Steve Rothery en font un futur incontournable …..
J’adore tout simplement cet album, même s’il m’a été difficile de le « domestiquer » et j’ai la réponse aux deux questions que je me posais en débutant cette chronique……..
Mais qu’ont-ils fait ? Qu’est-ce que c’est que ça ? : UN CHEF D’OEUVRE !!!!!!
Pas de doutes ces cinq garçons dans le vent ont été, sont et resteront The New Kings







Paperlies Version 3.0 © 2004 - 2017 The Web France
583606 visiteurs - 17 visiteurs sur le site - 2 visiteurs sur cette page.
Retour en haut de la page
 
  (vide)