Page 5 sur 5

Re: Black Sabbath story

Posté : 08 novembre 2020, 16:48
par gato13
Image
(1990)

Cinquième album studio de Dio, "Lock up the Wolves" marque les premiers signes d'essoufflement du groupe qui est alors entièrement remanié. Rowan Robertson remplace Craig Goldy à la guitare, Teddy Cook (basse) succède à Jimmy Bain, Simon Wright (batterie) prend la place de Vinny Appice et Jens Johansson (claviers) celle de Claude Schnell. Une production plus moderne, plus heavy-metal que par le passé ne permet pas pour autant de masquer le manque flagrant d'inspiration. Mis à part les excellents "Wild One", "Born on the Sun" et "My Eyes" qui font illusion, le reste de l'album oscille entre moyen et mauvais. Des riffs peu inspirés, une absence totale de bonnes mélodies accrocheuses sans compter que le chant de Ronnie James Dio commence à devenir trop monolithique et ancré metal. En s'enfermant un peu plus dans ce créneau et en délaissant petit à petit son style des années Rainbow, sa musique deviendra de moins en moins intéressante. Pour ma part je le regrette et ses prochains albums confirmeront ce désarroi et ce malgré un léger sursaut dans les années 2000.







:|

Re: Black Sabbath story

Posté : 09 novembre 2020, 14:52
par gato13
Image
(1994)

Après le décevant "Lock up the Wolves", Ronnie James Dio mis en parenthèse son groupe et s'en alla rejoindre ses comparses Tony Iommi, Geezer Butler et Vinny Appice de Black Sabbath pour enregistrer "Dehumanizer" sorti en 1992. Un album et une tournée plus tard, le voilà qui relance Dio en 1994. "Strange Highways" est le sixième album studio du groupe entièrement remanié. Vinny Appice rejoint à nouveau l'équipe, Jeff Pilson est recruté à la basse et un tout jeune guitariste Tracy G. intègre la formation. L'album est produit par Mike Frazer (AC/DC, Aerosmith, Joe Satriani, Metallica, Van Halen...). Soucieux de suivre l'évolution musicale et les nouvelles tendances du metal, Ronnie James Dio décide de moderniser le son du groupe, de durcir et d'alourdir considérablement sa musique. Las, des compositions sans saveur pour ne pas dire médiocres et indignes, l'absence totale de mélodies, un guitariste tâcheron aussi bien en riff qu'en solo et le triste constat s'impose. Il faut attendre "Give her the Gun" (huitième piste de l'album) et "Here's to You" pour entendre deux morceaux corrects et écoutables. Jusque là, c'est un véritable chemin de croix, une suite sans fin de chansons poussives, lourdingues et terriblement ennuyeuses. Avec ce désastreux "Strange Highways", le groupe Dio et avec lui son charismatique leader continuait sa lente et irrémédiable descente qualitative et commerciale. Un purgatoire qui allait se poursuivre encore quelques années...





:|

Re: Black Sabbath story

Posté : 12 novembre 2020, 16:45
par gato13
Image
(1996)

Deux ans après le catastrophique "Strange Highways" Dio récidive dans la médiocrité et nous offre avec ce "Angry Machines", le septième album studio du groupe, son plus mauvais album. Et on peut même affirmer sans peur de se tromper qu'il s'agit du pire album enregistré par Ronnie James Dio durant toute sa carrière aussi bien en solo qu'avec Elf, Rainbow ou Black Sabbath. Rien à sauver de ce triste naufrage artistique si ce n'est la ballade mélancolique qui clôt l'album. Et encore, le chanteur a fait bien mieux par le passé. Dio attendra quatre ans avant de sortir un nouvel album. En revenant à son style de prédilection, il regagnera les faveurs des critiques et du public. Les années 90 auront été bien délicates pour le chanteur à la voix d'or.



:|

Re: Black Sabbath story

Posté : 17 novembre 2020, 16:12
par gato13
Image
(2000)

On peut dire que les années 90 ont été particulièrement délicates pour Dio le groupe. Trois albums désastreux et la lente descente aux enfers. C'est donc un Ronnie James Dio prêt à en découdre qui attaque ses années 2000. Il fait appel aux anciens Jimmy Bain (basse), Simon Wright (batterie), Craig Goldy (guitare) et Scott Warren (claviers) et revient avec ce "Magica" à son style de prédilection. Un retour aux sources qui renoue avec les sonorités et atmosphères qui ont fait le succès des "Holy Diver", "The Last in Line", "Sacred Heart" et "Dream Evil". De plus ce nouvel opus est un concept-album. De quoi réjouir le fan le plus transi. Sans atteindre la quintessence des quatre albums cités ci-dessus, "Magica" marque un net regain de forme. Riffs inspirés, solo de qualité, rythmique solide et un Ronnie James Dio au chant toujours aussi impérial. Titres lourds, titres rock et morceau progressif font de cet album une belle réussite qui remet dans la course le groupe et son leader. La progressive et ambiante "Magica Theme/Lord of the Last Day", les dynamiques et mélodiques "Fever Dreams", "Turn to Stone", "Feed My Head" et "Eriel", la sublime ballade "As Long as It's Not About Love" et la médiévale "Losing My Insanity" sont des titres enfin dignes de la formation. Au départ, il était prévu que cet album soit le premier d'une trilogie. Après l'album "The Devil You Know" (2009) et la tournée qui suivit avec Heaven and Hell, Ronnie James Dio s'était attelé à l'écriture des "Magica II et III". Suites qui malheureusement ne virent jamais le jour.



























:wub: :wub: :wub: :wub:

Re: Black Sabbath story

Posté : 20 novembre 2020, 09:43
par gato13
Image
(2002)

"Killing the Dragon" est le neuvième album studio du groupe. Doug Aldrich remplace Craig Goldy à la guitare. Son jeu plus énergique apporte une touche plus rock et permet à Ronnie James Dio de renouer avec des morceaux directs très éloignés des rythmes lourds et progressifs de "Magica". Rien de révolutionnaire pour autant mais le plaisir évident de proposer du heavy-metal à l'ancienne. La production excellente sert admirablement des compositions de qualité, une interprétation haut de gamme, des riffs de Doug Aldrich redoutables et des solos tranchants. Aucune baisse de régime tout au long de ces dix morceaux qui font plaisir à entendre. Un Dio classique certes mais un Dio inspiré.





















:wub: :wub: :wub: :wub:

Re: Black Sabbath story

Posté : 22 novembre 2020, 15:30
par gato13
Image
(2004)

Après un net regain d'inspiration avec "Magica" et "Killing the Dragon", ce dixième album studio intitulé "Master of the Moon" est une déception. Doug Aldrich et Jimmy Bain ont quitté le groupe. Ils sont remplacés par le revenant Craig Goldy à la guitare et Jeff Pilson à la basse. Simon Wright (batterie) et Scott Warren (claviers) sont toujours fidèles aux postes. Dix titres poussifs aux riffs peu inspirés qui renouent avec les travers du groupe. Omniprésence de la voix, certes toujours aussi impériale, qui laisse peu de place aux autres musiciens pour s'exprimer. Un Craig Goldy totalement absent. Surnagent de cet ennui les efficaces "One More For The Road", "Living The Lie" et dans une moindre mesure "Shivers". Ce "Master of the Moon" fatigué sera le dernier album de la formation. Par la suite Ronnie James Dio rejoindra Tony Iommi, Geezer Butler et Vinny Appice. Ensemble, sous l'étiquette Heaven and Hell, ils effectuèrent deux tournées mondiales et enregistrèrent l'excellent "The Devil you Know". La carrière solo du lutin à la voix d'or après un début en fanfare avec les somptueux "Holy Diver", "The Last in Line", "Sacred Heart" et "Dream Evil" a connu une longue traversée du désert dans les années 90 avant de renaître avec les réussis "Magica " et "Killing the Dragon". Bien qu'elle se termine sur une fausse note avec ce mauvais "Master of the Moon", tous fans de hard-rock/heavy-metal se doit de posséder au moins les quatre albums sortis entre 1983 et 1987. Le 16 mai 2010, Ronnie James Dio s'éteint à l'âge de 67 ans.







:|