LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Pour discuter de tout ce qui ne trouve pas sa place ailleurs.
Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 3999
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 21 décembre 2019, 10:33

Mr a a écrit :
21 décembre 2019, 08:54
Hier soir:
Image
de Ridley Scott (2005)

mon avis ici :arrow: viewtopic.php?f=11&t=1299&p=19650&hilit ... ott#p19650

8-)
La version longue est magistrale. Plus de profondeur, personnages plus aboutis pour un résultat flamboyant. Un très grand film !

;)
Dans la vie y'a deux types de musique : y'a la musique que t'aimes et y'a la musique que t'aimes pas. (Lemmy Kilmister)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 3999
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 21 décembre 2019, 10:54

Image
(2000)

Hommage non déguisé au grand Alfred Hitchcock, "Apparences" confirme tout le talent et la maîtrise technique de Robert Zemeckis. Pourtant malgré la virtuosité de la mise en scène, le film n'atteint pas son but, la faute à un scénario manquant de perversité et parfois trop prévisible. Reste toutefois un formidable exercice de style magistralement interprété par Michelle Pfeiffer et Harrison Ford tous deux au sommet de leur art.

8-)
Dans la vie y'a deux types de musique : y'a la musique que t'aimes et y'a la musique que t'aimes pas. (Lemmy Kilmister)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7013
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 21 décembre 2019, 18:06

Aujourd'hui:
Image
de Robert Towne (1989)

Un thriller sur fond de triangle amoureux convenu et plat.....malheureusement on s'ennuie ferme devant le manque de rythme,de rebondissements et d'action de ce film typiquement 80's (jusqu'à la musique)....on retiendra le casting,glamour à souhait mais pour le reste,on repassera

8-)
"everyday we make it,we'll make it the best we can"

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7013
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 21 décembre 2019, 23:01

Ce soir:
Image
de David Slade (2008)

mon avis ici :arrow: viewtopic.php?f=11&t=1299&p=18564&hilit ... ade#p18564

8-)
"everyday we make it,we'll make it the best we can"

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7013
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 22 décembre 2019, 08:42

gato13 a écrit :
21 décembre 2019, 10:33
Mr a a écrit :
21 décembre 2019, 08:54
Hier soir:
Image
de Ridley Scott (2005)

mon avis ici :arrow: viewtopic.php?f=11&t=1299&p=19650&hilit ... ott#p19650

8-)
La version longue est magistrale. Plus de profondeur, personnages plus aboutis pour un résultat flamboyant. Un très grand film !

;)
Le problème majeur du film est quand même Orlando Bloom,absolument inexpressif......il est terriblement mauvais

8-)
"everyday we make it,we'll make it the best we can"

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7013
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 26 décembre 2019, 20:39

Aujourd'hui:
Image
de Kimo Stamboel et Timo Tjahjanto (2016)

Un film qui lorgne du côté de "The Raid 1 et 2" mais qui n'en possède ni la furie ni la virtuosité hallucinante de la mise en scène....un bon film d'action néanmoins,ultra violent et brutal qui vaut surtout pour ces scènes de baston dont certaines sont fracassantes et difficilement supportables...pour le reste,le scénario est assez pauvre même si l'idée de départ est intéressante et aurait mérité d'être plus développée

8-)
"everyday we make it,we'll make it the best we can"

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7013
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 27 décembre 2019, 17:46

Aujourd'hui:
Image
"Police story - Lockdown" de Ding Sheng

Dernier chapitre en date de la saga "Police story",ce "Lockdown" souffre d'un manque de rythme dans son scénario et dans sa réalisation....la faute à de trop nombreux flashbacks qui nuisent à la cohérence de l'ensemble et à une histoire au final assez peu intéressante et crédible...reste Jackie Chan,parfait dans son rôle,et qui une fois de plus parvient à montrer une palette de jeu différente et qui s'en sort admirablement !

8-)
"everyday we make it,we'll make it the best we can"

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 3999
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 27 décembre 2019, 22:40

Image
(2019)

En lieu et place d'un évènement, c'est plutôt un ovni que ce film. Je connaissais certaines chansons dont la somptueuse "Memory" et comme j'aime bien les comédies musicales, ni une ni deux j'y suis allé le cœur empli de joie. Hélas, trois fois hélas, dès les premières images la magie disparait. Laideur visuelle et effets spéciaux catastrophiques. De plus, il semblerait que le film trahit énormément le matériau d'origine en supprimant des personnages importants, en modifiant les chorégraphies, bref en ôtant toute la magie de la comédie musicale qui est restée plus de vingt ans à l'affiche des théâtres de Londres et quinze ans à Broadway. Dommage, mais reste le bonheur d'entendre et réentendre cette bouleversante et merveilleuse chanson ici dans une de ses plus belles versions...


:wub: :wub: :wub: :wub:
Dans la vie y'a deux types de musique : y'a la musique que t'aimes et y'a la musique que t'aimes pas. (Lemmy Kilmister)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 3999
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 28 décembre 2019, 07:53

Image
(2019)

Je sais qu'en écrivant ce qui va suivre je risque de froisser certaines personnes. Pour nombre de cinéphiles, Martin Scorsese est un maître du 7ème art. Sa riche filmographie est jalonnée de films mythiques et grands classiques. Et pour un grand nombre, son nom est indissociable des films de gangsters et plus particulièrement sur la mafia. Arrive donc sur les petits écrans "The Irishman", projet qui aux dires du cinéaste, il rêve depuis des années et que faute de moyens financiers, il a accepté de tourner pour la télé. J'y reviendrai plus tard.
3h30 et le constat est amer. Profonde tristesse de voir un artiste qui radote, qui n'a pas su se renouveler et rate une fois de plus le coche. Pourtant, il avait mis tous les atouts de son côté, rappel des troupes, de la famille, de ses fidèles lieutenants que sont Robert De Niro, Joe Pesci, Harvey Keitel. Mieux encore, il avait enfin réussi à ce qu'Al Pacino (impérial) rejoigne le casting. Et malgré tout cela, le miracle n'a pas eu lieu.
La faute à un rêve, un but que le cinéaste n'a de cesse, comme une obsession incurable depuis le début de sa carrière, à vouloir réaliser le film ultime sur la mafia. Et tel Don Quichotte voulant atteindre l'inaccessible étoile, Martin Scorsese lutte depuis plus de 45 ans pour l'un et 35 ans pour l'autre contre des moulins à vent. Car malgré "Mean Streets", malgré "Les affranchis", malgré "Casino", malgré "Les infiltrés" et pour aller plus loin, malgré "Gangs of New York" et la qualité de ces films, jamais ces derniers n'égaleront ou ne dépasseront les deux monuments du genre que sont "Le Parrain 1 et 2" (1972 et 1974) de Francis Ford Coppola et "Il était une fois en Amérique" (1984) de Sergio Leone. Deux cinéastes qui au delà de leur technique irréprochable ont su toucher le cœur du public en attachant plus d'importance aux personnages et à l'histoire qu'à la virtuosité de leur mise en scène. Tout le contraire de Scorsese. Trop démonstratif, trop virtuose, trop maniaque du détail qui tel un chirurgien analyse, décortique chaque image. Comme un musicien trop imbu de sa technique et ne jouant que pour des musiciens. Et par la même tue l'émotion, la part du rêve, le romantisme et l'empathie qui peut naître chez le spectateur pour ces personnages. Car on l'a aimé cette famille Corleone, on s'est attaché à son destin malgré toutes les horreurs que ceux-ci ont engendré. Et il en est de même pour Max et Noodles. Noodles dont l'image de lui allongé dans la fumerie d'opium (Robert De Niro vieilli par maquillage) est autrement plus émouvante que cet Irishman dans sa chambre (vieillissement numérique totalement raté). Et là je reviens au fait que Scorsese ait accepté de tourner pour la télé. Il semblerait que le rajeunissement numérique (raté) de ses comédiens était si cher qu'il n'a pas trouver de financements chez les studios de cinéma. Ne serait-ce pas plutôt un constat d'échec admis dès les prémices du projet que d'avouer que le film ne trouverait pas son public sur grand écran ? Le public d'aujourd'hui irait-il au cinéma pour voir un film de 3h30 racontant une énième histoire de mafia avec des comédiens dont le nom pour certains ne signifie rien ? La durée n'effraie pas le spectateur. Les succès de "Titanic", "The Dark Knight", "Avatar" ou autres "Avengers" l'ont prouvé. Comme si finalement, Martin Scorsese n'était qu'un cinéaste pour cinéphiles qui, malgré sa volonté parfois à vouloir s'éloigner de ses thèmes de prédilection comme avec le somptueux "Le temps de l'innocence", le cinglant "La valse des pantins", l'efficace "Les nerfs à vif", le magique "Hugo Cabret" et son chef d’œuvre "New York, New York", n'aura jamais atteint un succès public intergénérationnel. Succès que ces compagnons de route du Nouvel Hollywood Francis Ford Coppola, Brian De Palma, George Lucas et Steven Spielberg ont connu à un moment ou un autre de leur immense carrière. Et pour l'un d'entre eux, la diversité, l'étendue et la créativité de son cinéma est souvent synonyme de réussite artistique et public.

REGRETS !!!

:(
Dans la vie y'a deux types de musique : y'a la musique que t'aimes et y'a la musique que t'aimes pas. (Lemmy Kilmister)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7013
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 28 décembre 2019, 12:19

gato13 a écrit :
28 décembre 2019, 07:53
Image
(2019)

Je sais qu'en écrivant ce qui va suivre je risque de froisser certaines personnes. Pour nombre de cinéphiles, Martin Scorsese est un maître du 7ème art. Sa riche filmographie est jalonnée de films mythiques et grands classiques. Et pour un grand nombre, son nom est indissociable des films de gangsters et plus particulièrement sur la mafia. Arrive donc sur les petits écrans "The Irishman", projet qui aux dires du cinéaste, il rêve depuis des années et que faute de moyens financiers, il a accepté de tourner pour la télé. J'y reviendrai plus tard.
3h30 et le constat est amer. Profonde tristesse de voir un artiste qui radote, qui n'a pas su se renouveler et rate une fois de plus le coche. Pourtant, il avait mis tous les atouts de son côté, rappel des troupes, de la famille, de ses fidèles lieutenants que sont Robert De Niro, Joe Pesci, Harvey Keitel. Mieux encore, il avait enfin réussi à ce qu'Al Pacino (impérial) rejoigne le casting. Et malgré tout cela, le miracle n'a pas eu lieu.
La faute à un rêve, un but que le cinéaste n'a de cesse, comme une obsession incurable depuis le début de sa carrière, à vouloir réaliser le film ultime sur la mafia. Et tel Don Quichotte voulant atteindre l'inaccessible étoile, Martin Scorsese lutte depuis plus de 45 ans pour l'un et 35 ans pour l'autre contre des moulins à vent. Car malgré "Mean Streets", malgré "Les affranchis", malgré "Casino", malgré "Les infiltrés" et pour aller plus loin, malgré "Gangs of New York" et la qualité de ces films, jamais ces derniers n'égaleront ou ne dépasseront les deux monuments du genre que sont "Le Parrain 1 et 2" (1972 et 1974) de Francis Ford Coppola et "Il était une fois en Amérique" (1984) de Sergio Leone. Deux cinéastes qui au delà de leur technique irréprochable ont su toucher le cœur du public en attachant plus d'importance aux personnages et à l'histoire qu'à la virtuosité de leur mise en scène. Tout le contraire de Scorsese. Trop démonstratif, trop virtuose, trop maniaque du détail qui tel un chirurgien analyse, décortique chaque image. Comme un musicien trop imbu de sa technique et ne jouant que pour des musiciens. Et par la même tue l'émotion, la part du rêve, le romantisme et l'empathie qui peut naître chez le spectateur pour ces personnages. Car on l'a aimé cette famille Corleone, on s'est attaché à son destin malgré toutes les horreurs que ceux-ci ont engendré. Et il en est de même pour Max et Noodles. Noodles dont l'image de lui allongé dans la fumerie d'opium (Robert De Niro vieilli par maquillage) est autrement plus émouvante que cet Irishman dans sa chambre (vieillissement numérique totalement raté). Et là je reviens au fait que Scorsese ait accepté de tourner pour la télé. Il semblerait que le rajeunissement numérique (raté) de ses comédiens était si cher qu'il n'a pas trouver de financements chez les studios de cinéma. Ne serait-ce pas plutôt un constat d'échec admis dès les prémices du projet que d'avouer que le film ne trouverait pas son public sur grand écran ? Le public d'aujourd'hui irait-il au cinéma pour voir un film de 3h30 racontant une énième histoire de mafia avec des comédiens dont le nom pour certains ne signifie rien ? La durée n'effraie pas le spectateur. Les succès de "Titanic", "The Dark Knight", "Avatar" ou autres "Avengers" l'ont prouvé. Comme si finalement, Martin Scorsese n'était qu'un cinéaste pour cinéphiles qui, malgré sa volonté parfois à vouloir s'éloigner de ses thèmes de prédilection comme avec le somptueux "Le temps de l'innocence", le cinglant "La valse des pantins", l'efficace "Les nerfs à vif", le magique "Hugo Cabret" et son chef d’œuvre "New York, New York", n'aura jamais atteint un succès public intergénérationnel. Succès que ces compagnons de route du Nouvel Hollywood Francis Ford Coppola, Brian De Palma, George Lucas et Steven Spielberg ont connu à un moment ou un autre de leur immense carrière. Et pour l'un d'entre eux, la diversité, l'étendue et la créativité de son cinéma est souvent synonyme de réussite artistique et public.

REGRETS !!!

:(
Très belle chronique Gato,superbement écrite comme toujours.....et même si je suis en désaccord avec toi sur ce film,je rejoins certains de tes arguments concernant Scorcese....et je comprends tes réflexions et regrets

8-)
"everyday we make it,we'll make it the best we can"

Répondre