LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Pour discuter de tout ce qui ne trouve pas sa place ailleurs.
Répondre
Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4377
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 13 octobre 2020, 11:41

Mr a a écrit :
12 octobre 2020, 16:59
Hier soir:
Image
de Clint Eastwood (2018)

Une nouvelle pierre à l'édifice cinématographique colossal d'un Clint Eastwood en état de grâce qui ne cessera décidément jamais de nous surprendre.
Avec,encore une fois,une infinie justesse de ton et une délicate mise en scène,sobre et toute en retenue,Clint Eastwood livre une oeuvre faussement légère et bien plus sombre qu'il n'y paraît,sorte de testament artistique d'un homme qui s'arrête sur sa vie avec un sentiment d'inachevé et avec une soif de toujours créer et donc de se sentir vivant.....tour à tour drôle et mélancolique,émouvant et amusant,"La mule" est un nouveau très grand film à ajouter à la longue liste de chef d'oeuvres du dernier véritable géant d'Hollywood....à ne manquer sous aucun prétexte !

8-)
+1 avec ta très belle analyse ;)

:arrow: viewtopic.php?f=11&t=1299&p=41334&hilit ... ood#p41334

8-)
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4377
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 15 octobre 2020, 15:04

Image
(1953)

Tourné entre "L'inconnu du Nord Express" (1951) et "Le crime était presque parfait" (1954), deux immenses succès du Maître, "La Loi du Silence" est une œuvre très rare voire carrément inconnue du grand public et bien souvent oubliée des cinéphiles. Monumentale erreur tant ce film figure parmi les plus beaux, les plus personnels du cinéaste. En s'éloignant du simple film à suspense et du divertissement pur, Alfred Hitchcock filme un puissant drame humain où un prêtre sous le serment de la confession se retrouve peu à peu suspect dans une affaire de meurtre. Un noir et blanc de toute beauté sublime et transcende la magistrale performance nuancée et contenue de Montgomery Clift, comédien surdoué et intense, adepte de la fameuse méthode Stanislavski enseigné à "l'Actor's Studio". Anne Baxter et Karl Malden sont parfaits eux aussi. Quant à la mise en scène du Maître, elle est exceptionnelle. Un très grand film à redécouvrir absolument sous peine de passer à côté d'une œuvre phare du Maître Hitchcock.

:wub: :wub: :wub: :wub: :wub:
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4377
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 15 octobre 2020, 15:35

Image
(1956)

Situé entre "L'homme qui en savait trop" (1955) et "Sueurs froides" (1958), deux chefs d’œuvre absolus d'Alfred Hitchcock, "Le faux coupable" est un film à part dans l’œuvre du cinéaste. En effet pour la première fois de sa carrière, le metteur en scène s'empare d'un fait divers réel et décide d'imprégner à sa réalisation un aspect documentaire saisissant. Lui le Maître de la manipulation en tout genre, filme avec un réalisme troublant. Au plus près de ses personnages auxquels Henry Fonda et Vera Miles, tous deux bouleversants de justesse et de retenue, prêtent leurs traits, le cinéaste bouscule volontairement les codes de son cinéma et déstabilise le spectateur pour mieux le confronter à ses propres peurs et angoisses. Sa mise en scène bluffante de virtuosité bénéficie d'un travail sur la photographie en noir et blanc remarquable. Sans oublier la surprenante et radicale partition de Bernard Herrmann qui signait là sa troisième musique de film avec Alfred Hitchcock. Tout comme le magnifique et méconnu "La Loi du Silence", "Le Faux Coupable" est un superbe film à redécouvrir de toute urgence !

:wub: :wub: :wub: :wub: :wub:
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4377
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 15 octobre 2020, 22:51

Image
(1954)

"Le crime était presque parfait" est l'adaptation sur grand écran d'une pièce de théâtre. Huis clos policier fascinant, il est le premier des trois films que tourna Grace Kelly sous la direction d'Alfred Hitchcock. Elle y est magnifique et ses partenaires Ray Milland et John Williams sont tous deux remarquables. Entièrement filmé dans une seule pièce, ce classique du suspense fût un laboratoire de trouvailles toutes plus ingénieuses les unes que les autres. Il en résulte des prouesses de mise en scène, une inventivité sans limite et un cadrage de l'espace confiné exemplaire. Il est à noter qu'à l'origine le film fût tourné en 3D. Bien qu'on en connaisse tous les ressorts dramatiques et policiers, ce grand succès critique et public est un classique du genre qu'on ne se lasse pas de voir et de revoir.

:wub: :wub: :wub: :wub:
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4377
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 22 octobre 2020, 15:09

Image
(2020)

Attention, film à ne surtout pas manquer. Trois ans après le sublime "Au revoir là-haut", Albert Dupontel fait son grand retour derrière et devant la caméra. Comédie dramatique menée tambour battant, "Adieu les cons" (quel merveilleux titre !) est ce que le cinéma a de plus beau à offrir. Burlesque, intelligent, drôle, émouvant, tendre et désespéré, le long métrage est tout cela à la fois. Rappelant parfois le "Brazil" de Terry Gilliam, évoquant le cinéma de Chaplin, Albert Dupontel a l'art et la manière pour distiller des idées, des opinions avec classe et subtilité. Il n'est pas un donneur de leçons mais l'acuité de son regard, la finesse avec laquelle il traite les personnages et les situations sont absolument remarquables. En passant du rire aux larmes avec une dextérité incroyable, sans jamais forcer le trait, il entraîne le spectateur dans un tourbillon d'émotions dont on ne ressort pas indemne. Ses personnages, tous des laissés-pour-compte, des marginaux et des blessés de cette société tyrannique, robotisée, soumise aux machines et déshumanisée, sont les reflets d'un mal être grandissant et dévastateur. Magistralement interprété par Virginie Efira, Nicolas Marié et Albert Dupontel, "Adieu les cons" est bien le film d'un auteur mais il est aussi celui d'un cinéaste amoureux de la caméra et du mouvement. La mise en scène est un bonheur de chaque instant et respire à chaque plan l'énergie débordante du grand metteur en scène qu'est Albert Dupontel. "Adieu les cons" est un élixir vivifiant fortement conseillé en ces temps de sinistrose anxiogène. Vous aimerez rire jaune, rire noir, grincer des dents et pleurer à chaudes larmes devant cette bouleversante aventure tragi-comique.

SUPERBE !!!

:wub: :wub: :wub: :wub:
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Répondre