Texte de Neverland

Analyses des paroles des chansons de Marillion et suggestions de leur traduction.
Répondre
Squeak
Membre Avancé
Messages : 75
Enregistré le : 07 octobre 2011, 12:30
Localisation : Var

Re: Texte de Neverland

Message par Squeak » 17 mai 2012, 00:14

legeomancien a écrit : Bon, officiellement je vais m'arrêter là- ça va finir par lasser tout le monde :blink:
Point du tout! il y a place à interprétations, comme sur les autres textes d'ailleurs; c'est sans doute voulu par H, pour faire travailler l'imaginaire et que chacun y colle sa propre interprétation.
Sinon il nous aurait parlé de façon plus terre à terre du genre: "nous sommes allés voir l'avocat; le divorce a été prononcé; j'ai dû verser la pension alimentaire; elles font ch... ces bonnes femmes!"
Là, ça aurait été clair, il n'y aurait pas eu place à interprétation, mais en même temps, ça fait moins rêver non?
:lol:

ASG
Membre Sénior
Messages : 1184
Enregistré le : 29 novembre 2011, 19:43
Localisation : NSV

Re: Texte de Neverland

Message par ASG » 17 mai 2012, 10:41

J'aime bien aussi tes nouvelles paroles Squeaky:D
F##ck these silly old wives....
Not really romantic lives...

Allez, moi aussi je m'autobannie de ce post!
:ph34r:

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Texte de Neverland

Message par legeomancien » 18 mai 2012, 00:36

Squeak a écrit :
legeomancien a écrit : Bon, officiellement je vais m'arrêter là- ça va finir par lasser tout le monde :blink:
Point du tout! il y a place à interprétations, comme sur les autres textes d'ailleurs; c'est sans doute voulu par H, pour faire travailler l'imaginaire et que chacun y colle sa propre interprétation.
Sinon il nous aurait parlé de façon plus terre à terre du genre: "nous sommes allés voir l'avocat; le divorce a été prononcé; j'ai dû verser la pension alimentaire; elles font ch... ces bonnes femmes!"
Là, ça aurait été clair, il n'y aurait pas eu place à interprétation, mais en même temps, ça fait moins rêver non?
:lol:
Pas tort sur le premier point; sur le deuxième, H me semble plus subtil et être plus conscient qu'il a autant fait ch... sa femme qu'elle l'a fait ch... et même probablement plus. Il a l'air de l'idéaliser et lui prête des qualités quasi divines... (invisible you come to me) drôle pour une compagne de tous les instants - invisible woman :huh:
Tiens ça donne une idée : la première partie, il exprime qu'il lui doit tout et la deuxième que si elle veut elle peut partir mais qu'il a immensément besoin d'elle. Ohhh je sens que je vais continuer. Il y a une piste.
La représentation qu'on se fait de l'amour de l'autre, la place qu'on ne luis laisse pas, l'exigence démesurée de cet amour et la justification par l'image qu'on se fait de sa propre importance.
Mme Freud, Mme Marx, qu'en diriez-vous ??? :unsure: :unsure:

Elle risque de ne pas être 100% positive pour H.... Alors me tais-je ?? risk is to kill the hero and some of the magic of the number... :?: :?: Et puis ça fait rentrer un peu trop dans sa vie privée, non ?
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

ASG
Membre Sénior
Messages : 1184
Enregistré le : 29 novembre 2011, 19:43
Localisation : NSV

Re: Texte de Neverland

Message par ASG » 18 mai 2012, 07:05

h is not a hero, just a man, like many others

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Texte de Neverland

Message par legeomancien » 25 mai 2012, 00:05

savate38 a écrit :Entre Marbles et Somewhere Else (je sais que la chanson du meme nom en parle : "

Woke up in a spaceship of shimmering gold
Tutenkhamen sleeping
Should'a left him alone
Floating round in Orion
Arrow pointing to heaven
Between all the planets
Out in the cold"
dans un interview il dit avoir etait "recueilli" chez Mark)
ça se confirme; elle est partie ...

interview sur somewhere else :
http://www.marillion-anoraks.com/divers ... h_2007.htm

extrait :

Votre nouveau disque contient quelques-unes de tes paroles les plus poignantes. Les as tu rédigées dans la foulée de ton divorce ?

Bien entendu. Quels que puissent être tes ressentiments, tu ne quittes pas sans une énorme blessure la femme avec laquelle tu as partagé trente ans de ta vie. Et c’est une immense déchirure d’être soudain séparé de tes gamins. En même temps, ce split est un soulagement car cela faisait des années que mon couple battait de l’aile. Sue et moi avons continué à vivre ensemble presque uniquement pour les enfants. Bref, dans la foulée de notre séparation en décembre 2005, j’ai traversé une période complètement chaotique, entre souffrance et espoir. J’ai vécu à droite et à gauche, chez différents potes. Pour les fêtes de fin d’année, Mark Kelly et sa femme m’ont prêté leur maison en me disant de m’y installer comme chez moi. Ils ne pouvaient m’offrir un meilleur témoignage de leur amitié. J’ai amené mon piano, posé un minuscule sapin artificiel dessus et, le soir du 24 décembre, c’est submergé par la tristesse que j’ai écrit d’un seul trait les textes et une partie de la mélodie du morceau « Somewhere Else ». La mélancolie des lyrics de « The Wound » traduit aussi mon chagrin du moment. Maintenant, il y a, à côté de cela, des paroles extrêmement sombres qui m’ont été inspirées par la folie du monde qui nous entoure. Cela fait deux ans que je travaille avec l’association caritative « Make Poverty History » et je voulais sensibiliser les fans de Marillion aux injustices, aux inégalités et aux malheurs qui détruisent notre planète à petit feu. Tu retrouves ces soucis existentiels sur « A Voice From The Past ».

Et également sur « The Last Century For Man », je présume.

Cette chanson stigmatise effectivement notre indifférence coupable face aux périls qui nous menacent à court terme. Les guerres et la pollution sont en train de détruire une terre à bout de souffle mais la plupart des gens s’en foutent royalement. Ils se complaisent dans une attitude hédoniste et se focalisent sur leurs misérables plaisirs personnels alors qu’on court à la catastrophe : on rase des milliers d’hectares de forêts, les calottes glaciaires fondent à une telle allure que les ours polaires se noient, les conflits religieux et le virus du sida font des ravages. Sacré bon Dieu, qu’attendons-nous pour réagir ? L’apocalypse ? Je n’ose pas imaginer à quoi ressemblera notre monde dans une centaine d’années, si tant est qu’il existe toujours.

A côté de cet aspect dépressif, on trouve sur cet album des textes très optimistes. Je songe notamment à « The Other Half » et « See It Like A Baby ». Est-ce parce que tu as peu à peu retrouvé un équilibre intérieur ?

En fait, j’ai vraiment une chance de cocu car, dans les deux mois ayant suivi ma rupture, j’ai rencontré une femme fabuleuse. Depuis lors, elle me comble de bonheur au quotidien. C’est mon âme sœur et le titre « The Other Half » lui est dédié. Grâce à elle, j’ai réappris à vivre et à regarder les choses qui m’entourent avec un regard de nouveau-né.
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

nikowe
Membre Sénior
Messages : 1656
Enregistré le : 08 février 2009, 18:35
Localisation : île de paname, à côté de la seine
Contact :

Re: Texte de Neverland

Message par nikowe » 25 mai 2012, 00:26

legeomancien a écrit : Les guerres et la pollution sont en train de détruire une terre à bout de souffle mais la plupart des gens s’en foutent royalement. Ils se complaisent dans une attitude hédoniste et se focalisent sur leurs misérables plaisirs personnels alors qu’on court à la catastrophe : on rase des milliers d’hectares de forêts, ...
merci Legeo , tout ton extrait d'article est très intéressant . ( Les fôrets rasées , hémisphère sud , me rendent complètement malade )

pour l'anecdote à l aconvention 2011 Steve est passé déjeuner vers 15 ou 16H ? dans le chalet "présidentiel" = chalet du fan-club français, venu avec sa femme danoise et son jeune fils, de même qu'il était passé au même chalet le dimanche de la convention 2009 , et qu'on s'est demandé s'il avait été un peu malade à cause de trop bouffer / boire français... LoL an englishman married to a danish girl eating with french fans in the Netherlands :)

amiQalemente

ASG
Membre Sénior
Messages : 1184
Enregistré le : 29 novembre 2011, 19:43
Localisation : NSV

Re: Texte de Neverland

Message par ASG » 25 mai 2012, 09:41

Merci mIc pour ce partage d'infos! Interview très intéressante.

Je ne crois plus en la volonté des Hommes (with a big H) de faire les efforts nécessaires pour renverser la vapeur. C'est sans doute un avis très négatif mais bon voilà, étant sensibilisée par ce sujet depuis l'adolescence, je m'intéressais donc dans les années 80 aux reportages-rarissimes-traitant de l'écologie et de la dégradation de notre environnement. Fin 80 les scientifiques annonçaient la "fin" de notre magnifique planet dans les 50 années à venir.... donc 2040 ! ?
Notre attitude a-t-elle évolué? Malheureusement pas, ou peu, et parfois ça s'est plutôt dégradé selon l'endroit où on se trouve dans le globe.
ça me rend malade également! :angry2:

The last century for men? possibly maybe....

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Texte de Neverland

Message par legeomancien » 05 juin 2012, 00:27

Après ré-écoute à la lumière de cet interview, Neverland devient presque plus tragique...
Fort éloigné de la vision que je préfère mais plus humaine; voici donc une autre (et dernière?) interprétation tenant plus compte des éléments de la biographie.

1- There's no such woman ...
Toute la première partie consacrée à cette présence qui le renforce est finalement exigeante et inhumaine !
Plusieurs d'entre nous (et surtout moi) ont pris cette présence comme surnaturelle, et il y avait tout pour ça :
- invisible you come to me
- some people think I'm something well you gave me that I know
- Come beside me , whisper to me : here I am and the loneliness fades
- you provide the soul, the spark that drives me on, makes me something more than flesh and bones

Mais s'agissant d'une personne réelle, quelle abnégation, quelle négation de soi cela suppose !!
En prenant la réciroque de ce qui est dit :
Je te demande :
-de supporter mes très bas
-d'être discrète au point d'être invisible
-de me donner l'énergie qui me manque
-de faire que je sois quelqu'un, d'avoir foi en moi

Et au fond d'être moins que de la chair et des os. Une muse parfaite, éthérée.
Un peu mission impossible, non ??

2- "Etre quelqu'un" - ou -"je ne te suffis pas" ?

All these years...
A la lumière de l'interview, à l'époque de Marbles cela faisait des années qu'ils ne restaient que pour les enfants.
On peut imaginer, que H réalise qu'il ne satisfait pas son épouse et que ce rôle de "muse" ne lui convient pas.
"While I denied what my heart knows was right"... réalisation de ne pas satisfaire . Une lecture serait la présence d'un autre pour Sue... D'où l'attachement de H à "famous blue raincoat" chanson ambigue de Cohen sur l'adultère et l'amitié.

"I want to be someone...."
En face de cette foi, il y a une exigence...
Le sentiment pour H de ne pas être à la hauteur...
Il voudrait lui donner qq chose en retour de cette foi...
En tous cas, c'est ce qu'il laisse entendre dans l'interview.
Lu entre les lignes, ça peut donner :
Je fais tout ce que je peux mais, je n'arrive pas à la hauteur pour te plaire -d'où la rage, la violence, le désespoir qu'on peut entendre dans sa voix...

3- Be yourself ... almost, but no quite. Tu ne me satisfais pas non plus.

De l'interview, il ressort que H ne connait pas plus que ça "Peter Pan"
De Barry, il ne reste que le jeu de mots "never land" in "neverland".
Dans cette deuxième partie, il commence par montrer une prise de conscience de l'insatisfaction de sa femme

"wendy ... in the kitchen with your dreams"
Et puis si ça s'adresse bien à elle, c'est au fond une somme de reproches déguisés
kitchen, pas vraiment un lieu de rêve (sauf pour les gourmands :wub: )
will you fly again? - reproche d'être terre à terre ?
Undo the hooks once and for all : provoc ? si tu n'es pas satisfaite, tu peux partir
(citation de la cage "ouverte" dans le commentaire )
Bannish the tic tic tac... reproche d'être trop organisée, le nez sur la pendule

Will you be yourserlf for me ...
Alors qu'au début , il aime en elle, qu'elle soit une muse éthérée, s'il s'adresse à la même personne, c'est terrible... Seras-tu enfin toi-même ... pour Moi.
Encore ce "moi" vampire qui veut tout et son contraire ! si c'est une muse éthérée à moitié invisible, comment pourrait être elle-même. Vu de ce point de vue c'est même un comble :
non seulement elle supporte ses hauts et ses bas, non seulement il faudrait qu'elle ne soit pas trop exigeante vis à vis de son succès, mais il faudrait en plus qu'elle n'oublie pas ses rêves et soit elle-même !!!
C'est H qui est exigeant. Il veut tout d'elle et son contraire. La mère, l'amante, la sainte...
Il faut entendre peut-être "be as I want you to be" et non "yourself"; parce qu'on peut compter sur les projections de l'amour pour identifier besoin et réalité. (voir le film "l'amour et rien d'autre")
Avec l'écho, il se parle à lui-même comme pour se convaincre que oui, c'est possible.

4- Never Never land - ne me quitte pas version H.

En écho (là aussi) à "you give me the soul..." "but when you're gone" montre la dépendance que H a à cette relation ... Gone ?? Where ? dans les bras d'un autre, peut-être... enfin c'est une explication qui tienne la route si on accepte qu'ils vivaient ensemble avec les enfants. L'autre explication c'est "quand tu ne fais pas attention à moi"... I never land- je ne rejoins jamais le Neverland.
Neverland serait considéré comme un pays merveilleux ou H et Sue se retrouvent; non l'inconscient violent de Barry mais une sorte de rêve à 2.

Ne me quitte pas, j'ai trop besoin de toi...
Pour aller dans ce pays merveilleux et imaginaire
Pour devenir quelqu'un
Et tout le monde voit que c'est ton amour à toi qui fais ce que je suis...

Ne me quitte pas...
Neverland, l'histoire d'un homme convaincu de son génie, qui entraîné sa femme dans son rêve à lui et l'a épuisée avec ses hauts et ses bas, ses doutes et la non prise en compte de ses besoins, à elle...
Il me vient Stéphane Eicher, pardon à lui de détourner ses paroles :
"Mille vies ne sont pas suffisantes, mille femmes ne sont pas assez fortes..."

Version de Neverland bien différente, vous en conviendrez; je ne sais si elle est juste...
Ca me semblait important de partager cette vision aussi...
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

ASG
Membre Sénior
Messages : 1184
Enregistré le : 29 novembre 2011, 19:43
Localisation : NSV

Re: Texte de Neverland

Message par ASG » 05 juin 2012, 09:39

legeomancien a écrit : Will you be yourserlf for me ...
On peut supposer qu'elle ait changé avec les années, et qu'elle soit devenue ce que lui "reproche" h, d'avoir oublié ses rêves d'enfant, d'être plus terre à terre ....
ou alors de rêver à un autre, et d'être redevenue dans les bras de cet autre homme ce qu'elle était pour h au début de leur relation.

Undo the hooks, c'est probablement la rupture une fois pour toute. Si ça faisait des années que le couple battait de l'aile, il ou elle (ou les deux) ont du penser à la séparation plus d'une fois... sans passer à l'acte. Entre être conscient qu'il n'y a plus rien à sauver et prendre la décision d'y mettre fin, il peut s'écouler du temps.

Banish the tic tok est peut être là pour dire que, justement, les années passent, et que rester pour ne pas faire du mal aux enfants, attendre qu'ils soient grands pour se séparer, n'est pas la meilleure des solutions.

elihah
Membre Sénior
Messages : 1123
Enregistré le : 17 février 2016, 02:17

Re: Texte de Neverland

Message par elihah » 27 mars 2016, 18:19

Pour en avoir parlé avec une 'épouse de…', aussi charmant gentil attentionné que le star (haha) puisse être, son métier, et sa personnalité, parce que l'un sans l'autre ne colle pas, font que la partenaire doit assurer l'intendance, domestique éducative, et éventuellement une partie du secrétariat, sans compter qu'il faut éponger les coups de mou, les doutes et les enthousiasmes, la vie familiale et sociale, et au milieu de ça, éventuellement, avec bcp de chance et d'énergie, avoir sa propre carrière.
Les artistes étant par essence égoïstes, parce que pour créer il faut se tourner vers soi-même une fois qu'on a vu/engrangé l'air du temps etc, je ne vois aucune raison de penser que h - ou tout autre- ait pu être facile à vivre et j'excuse par avance la partenaire qui a fait comme elle a pu avec ça.
Par ailleurs, la construction sociale où nous vivons fait que les femmes sont censées tout absorber et pardonner et cependant apporter soutien etc. Qu'elles soient chiantes en retour, je comprends.Que le star s'en offusque, ben c'est fréquent.Des fans s'en offusquent aussi d'ailleurs.

Bref, on n'aura sans doute jamais le fin mot de l'histoire, et après tout tant mieux, on y met chacun·e ce qu'on a envie d'y mettre.

Perso à part les noms propres (neverland, wendy, darling) je n'ai jamais réussi à penser cette chanson en référence à peter pan, à moins de penser h comme étant le gars qui voudrait bien pouvoir s'adonner librement à ce syndrome psy- checkez un peu, c'est pas si fun, on va donc espérer qu'il s'en soit abstenu ;-) - mais pad'bol, ça coince.

(je gâche le côté pouah-sie,hein là?) (allez pour faire de la pouah-sie: neverland pourrait tout aussi bien être cet état d'être qui concerne la fusion de 2 personnes en état d'amour l'un·e pour l'autre)(autant dire que ça existe de façon fugace… voire pas, car comment être sûr·e de ce que ressent l'autre, aussi proches les corps soient-ils?)(j'aime cette chanson, ceci posé)(et les parenthèses aussi)(haha)

Répondre