Et les textes...

La musique de Marillion...
Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Et les textes...

Message par legeomancien » 14 mars 2012, 22:34

Whaouhhh !!
Merci Nikowe - de partager tout ça;
pour moi qui suis un fan très récent te lire raconter la tournée Marble, c'est magique...
Et cette dimension spirituelle, cette parole de Hogarth en concert; c'est magnifique.

Happiness is the road est un album important pour moi.
Les paroles de "Essence" avec ce magique "choose life, choose living" qui tourne dans la tête comme un mantra. Ce n'est pas pareil "life" et "living" on peut être en vie mais mort à soi ou socialement (cf "invisible man" ou "hollow man"); je trouve dans le "living" une idée de mouvement, d'être vraiment là. Et dans "life" l'ensemble de la vie, le bon, le mauvais.

Notre passé de Français fait prendre avec trop de méfiance ce qui est du registre religieux, spirituel, mystique.
Je suis heureux qu'on soit au moins qq uns à être capables d'en parler.
Les anglo saxons n'ont pas ce pb franco-français et sans cette clé, une bonne partie des paroles sont peu lisibles je crois.

Ahh ça me donne la pêche ces échanges.
Hier, du coup, je suis allé voir l'histoire de Peter Pan pour voir les liens avec Neverland; avant de devenir une purée Dysney, c'était en fait un conte assez dur vaguement dans la lignée Dickens; du coup ça m'a donné envie de le lire.

Squeak, Nikowe, comment voulez-vous qu'on continue ce qu'on a bien commencé ?
Je vais essayer d'ouvrir un topic sur Neverland.
A+
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

nat
Membre Sénior
Messages : 122
Enregistré le : 15 décembre 2010, 17:04

Re: Et les textes...

Message par nat » 15 mars 2012, 23:25

J'avais fait une petite réponse en début de semaine mais au moment d'envoyer , tout a disparu; c''est le 2nde fois...evaporating...

Vaste sujet , les textes de Marillion! Mon niveau d'anglais étant vraiment plus que moyen, j'ai parfois du mal à décrypter les doubles , les triples sens mais je fais toujours l'effort de lire au moins une fois le texte (merci pour les traductions du site, ça aide un peu, voir pas mal).

Parmi les chansons un peu nébuleuses pour moi, je citerais Ocean Cloud ou encore This strange engine. Pourtant la musique qui accompagne est juste sublime et les images se bousculent bien mais je ne suis pas sûre qu'elles correspondent vraiment à ce que Steve Hogarth a voulu décrire . Ce n'est pas grave La musique, c'est fait principalement pour se détendre et rêver un peu à ... ce que l'on veut.

Maintenant , pour les textes plus accessibles et qui me touchent particulièrement, je dirais en tête , yes Nikowe, BEYOND YOU. C'est vraiment une très belle chanson sur l'absence, bouleversante, désespérée presque avec un accompagnement musical très doux. En jetant un coup d'oeil sur l'album, je crois que c'est Hogarth seul qui l'a composée. On sent le vécu.


J'aime beaucoup aussi , yes Legeomancien, INVISIBLE MAN. Je crois que l'on a tous un jour voulu exister aux yeux de quelqu'un mais en vain... l'impression d'être juste invisible , invisible man.

Les paroles de WHEN I MEET GOD me parlent bien également, avec un Steve Hogarth qui s'interroge sur les étoiles et les gaz avec un Dieu peut-être féminin?

Quand à NEVERLAND, je vois Legeomancien que tu as déjà bien réfléchi!
Pour moi, cette chanson parle d'un amour perdu , une mère ou une fiancée plutôt , mais une femme certainement, symbolisée par Wendy (darling) et ses regrets de l'avoir perdue . Dans Peter Pan (mon fiston a eu sa période) , Wendy est une jeune fille qui raconte des histoires merveilleuses à ses frères et les emmènent au pays imaginaire (Neverland) pour vivre plein d'aventures. Sans elle, il ne peut plus s'évader et être fort , se sentir quelqu'un d'autre à qui il arrive des aventures extrordinaires
But when you're gone
i never land
to NEVERLAND
Ce qui est un peu contradictoire, c'est que Neverland est le refuge des garçons perdus , qui ne veulent pas grandir... mais bon il y a parfois plusieurs sens dans les textes d'Hogarth.

Nat

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Et les textes...

Message par legeomancien » 16 mars 2012, 00:10

Merci, Nat !
Ah c'est bon de voir qu'on n'est pas seul à se lacher sur le sujet. Du bonheur partagé.

Je me suis permis de te citer ainsi que Nikowe dans le sujet "texte de Neverland" pour que tout ce qui est dit sur ce texte soit au même endroit ...
J'espère que vous ne m'en voulez pas ! :lol: :lol: :lol:

Tiens, vous me donnez envie de lire "Beyond you" que je connais mal.

A+
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Et les textes...

Message par legeomancien » 16 mars 2012, 00:23

nikowe a écrit : Et j'aime beaucoup BEAUCOUP je l'aime , A few words for the dead...
Je suis passé à côté de celle-ci aussi !
La fin, on dirait Rimbaud , c'est beau... Il y a même un gramme d'humour amer... une fin de conte de fée comme pour nous rappeler que nous en sommes loin...

A+
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Et les textes...

Message par legeomancien » 16 mars 2012, 00:50

Beyond me

Oui les paroles sont fortes et en désespérance. Je me souviens maintenant qu'après l'avoir écoutée, il me revenait sans arrêt les mots "exhausted and insecure" qui ne me parlent que trop.
Et puis les inconsolables "I can't live with myself" "I don't want my heart, my head".
On est proche de la schizophrénie et de ses affres ou du teenage angst (cf Brave)

ça vaudrait le coup de tenter de la traduire en Français pour tous...

Elle me fait penser à "the great escape" qui en est une sorte de conclusion logique : "a bridge is not a high place ... the 52nd floor ... a mountain is not that high ... when you've fallen from the moon"

Les deux traitent de la difficulté d'être, de s'aimer soi-même et du sentiment d'être étranger à ce monde.

ça rejoint "cold song" de Klaus Nomi / Purcell du début "what power art thou ... (en gros de quel droit m'a tu créé) jusqu'à l'interminable insoutenable final "let me let me let me freeze again to death..." double disparition le gel et la mort.
Bon c'est pas bien gai mais plus fréquent et réel qu'on ne le dit dans ce monde-enfin ce pays- où on tente de faire gober que le bonheur est facile et obligatoire.
Quelles que soient les difficultés, il faut, à mon sens éviter tant qu'on le peut la mort à soi.
Rien ne justifie de se renier soi-même. Que tous ceux qui se sentent étranges, étrangers en terre étrangère se le disent fort : ils sont plus nombreux qu'ils ne croient; mais comme dans Beautiful : the courage to be. the faith to be...
J'arrête,là. Je vire au vieux con. Pardonnez, oubliez cette digression si elle ne vous parle pas. :oops: :oops: :oops:
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

nikowe
Membre Sénior
Messages : 1603
Enregistré le : 08 février 2009, 18:35
Localisation : île de paname, à côté de la seine
Contact :

Re: Et les textes...

Message par nikowe » 17 mars 2012, 17:21

legeomancien a écrit :Beyond me
Oui les paroles sont fortes et en désespérance.
.
Et puis les inconsolables "I can't live with myself" "I don't want my heart, my head".
On est proche de la schizophrénie et de ses affres ou du teenage angst (cf Brave)

Elle me fait penser à "the great escape" qui en est une sorte de conclusion logique : "a bridge is not a high place ... the 52nd floor ... a mountain is not that high ... when you've fallen from the moon"
Les deux traitent de la difficulté d'être, de s'aimer soi-même et du sentiment d'être étranger à ce monde.

Bon c'est pas bien gai mais plus fréquent et réel

Quelles que soient les difficultés, il faut, à mon sens éviter tant qu'on le peut la mort à soi.
Rien ne justifie de se renier soi-même. Que tous ceux qui se sentent étranges, étrangers en terre étrangère se le disent fort : ils sont plus nombreux qu'ils ne croient; mais comme dans Beautiful : the courage to be. the faith to be...

Pardonnez, oubliez cette digression si elle ne vous parle pas. oops
non non, à ton tour ne te mesestime pas, sous-estime pas, tout cela est passionnant, et ça parle most certainly à plein de gens comme tu dis. Ce n'eszt pas que seulement musicalement que marillion a une base de fans incroyabelement fidèle dans le monde entier, la 1ère à avoir financé lesz albums avant leur sortie, etc. je pense que depuis toujours les textes de marillion jouent beaucoup, à toutes les époques, dans les succès de ces musiques à part... textes et musiques sont liés un minimum, et quelquefois un maximum chez MariL :) pas un hasard que la personnalité de leurs 2 chanteurs légendaires, Fish et Hogarth, sont des mecs en partie qui se posent des questions plus ou moins dans certaines mesures métaphysiques, existentielles, poétiques, et même politiques etc.
!
en tout cas, la mort à soi , le déni, la fuite, la politique de l'autruche ? je pense que la mort à soi, ce concept me parle, it rings a bell , ça y'a pas de doute possible !

amiQaLemente

Squeak
Membre Avancé
Messages : 75
Enregistré le : 07 octobre 2011, 12:30
Localisation : Var

Re: Et les textes...

Message par Squeak » 23 mars 2012, 22:53

Merci à toutes et à tous pour ces partages,
du coup je suis allé voir dans les textes qui sont traduits sur TWF, et c'est sûr, ça donne encore une autre dimension à la musique de qui vous savez ;)
Celui qui me touche le plus, (le texte mais aussi musicalement et la ligne mélodique du chant), c'est Faith.
Par contre je n'ai pas compris pourquoi Olivier l'a traduit par "confiance"...

Avatar du membre
legeomancien
Membre Sénior
Messages : 245
Enregistré le : 28 janvier 2012, 01:20
Localisation : LA

Re: Et les textes...

Message par legeomancien » 24 mars 2012, 00:15

Ben, tu vois, je ne l'avais pas remarquée cette chanson.
Effectivement les paroles traitent aussi de la présence intime...
J'aurais traduit faith par "foi" mais je pense que le traducteur a hésité car dans notre pays, c'est trop connoté religion. Mais j'aime bien le mot "confiance" car il recouvre le tout. Foi évoque plus le destin personnel ou en tout cas humain. Et puis la foi, la vraie, n'est pas transmissible; elle ne s'apprend pas. C'est assez injuste.

Pourtant, je pense que Steve Hogarth a eu une sorte de révélation mystique après anoraknophobia...
Quand on compare les paroles de "when I meet god" et "Faith" c'est presque l'inverse : les questions se sont muées en réponse...
Il peut y avoir d'autres réponses... Sais-tu quand Steve Hogarth a divorcé ?

A+
He who knows love, knows who you are ... Worlds you may find, lit by a star (Steve Hackett)

nikowe
Membre Sénior
Messages : 1603
Enregistré le : 08 février 2009, 18:35
Localisation : île de paname, à côté de la seine
Contact :

Re: Et les textes...

Message par nikowe » 28 mars 2012, 23:28

Squeak a écrit : Celui qui me touche le plus, (le texte mais aussi musicalement et la ligne mélodique du chant), c'est Faith.
Yep , j'aime beaucoup ce morceau, belle mélodie simple, jolis textes. :wub: En effet chouette ligne musicale du chant.
L'explication du mot "Foi" comme étant assez ( ou vachement) connoté religion, me semble assez plausible .

AmiQaLemenTe !

TiCi
Membre Sénior
Messages : 329
Enregistré le : 17 février 2009, 23:16
Contact :

Re: Et les textes...

Message par TiCi » 29 mars 2012, 10:16

La "connotation" religieuse est la même en anglais, alors pourquoi la virer ?
AMHA, "foi" était le mot français qui allait le mieux, ne serait-ce que pour aller dans le sens du texte.

Répondre