Eddie VAN HALEN

Tout ce qui concerne la musique et qui n'est pas directement lié à Marillion...
Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4368
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: Eddie VAN HALEN

Message par gato13 » 18 octobre 2020, 08:43

"Women and Children First", mon album préféré aussi. Compos de folie, production extraordinaire, interprétation remarquable et ce son qui te scotche au plafond. Cette guitare extraterrestre, sensuelle et rock'n'roll ! Cette rythmique qui pulse, ce groove irrésistible. Et cette voix bluesy, chaleureuse et si communicative. Rien à jeter sur ce disque, neuf titres, 33 minutes et 13 secondes de pure extase musicale !

Image

















Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
Le Nobre
Membre Sénior
Messages : 432
Enregistré le : 31 mars 2006, 09:41
Contact :

Re: Eddie VAN HALEN

Message par Le Nobre » 18 octobre 2020, 14:43

W &CF : Chef d'oeuvre.

En fait, puisqu'évidemment je réécoute tout, j'ai compris ce qui m'a manqué après le départ de Dave. Dave a de l'esprit, ses lyrics sont smart, ceux de Sammy sont d'un convenu, franchement ce qu'il raconte me passe complètement au dessus de la tête.
5150 était très solide, suivant en gros la formule 1984, mais déjà il y avait des platitudes abyssales : let's talk about love in a hot summer night... C'est cela oui... Et le règlement de compte sur Inside, pas glorieux...
Sur OU812 (ce titre débile comme une réponse bien lourdingue au Eat Em And Smile de Dave), ça devient criant. Pourtant Mine All Mine, dédiée à Jan Van Halen est formidable, le texte, poignant, aussi, mais alors après...... When It's Love, la compo tourne mais le texte est d'un sirupeux. AFU démarre très bien mais la suite est gâchée par les hurlements systématiques et sans relief d'Hagar. Source Of Infection singe Hot For Teacher sans l'égaler, de très loin. Et Finish What You Started... J'ai toujours essayé d'imaginer ce que Dave aurait fait d'une tournerie pareille. Là ça ne groove pas du tout, l'autre trouve encore le moyen d'hurler pour rien, et les lyrics sont une fois de plus, transparents. De cet album, je retiens Cabo Wabo, pour le fun, malgré les lignes mémorables comme "you know I wanna make love in the sea" !! God ! Feels So Good, pour la belle ambiance tissée par Eddie au clavier. Et Sucket In A 3 Piece où l'on effleure enfin la folie d'antan.

Mais franchement, à cette époque, quand on prend Eat Em And Smile et Skyscraper, c'est autrement plus passionnant. Quels albums !!

Les choses se rééquilibrent avec F.U.C.K (encore de l'humour bien fat...) où je trouve que Van Halen a trouvé son style avec Sammy, le gros rock pour l'autoroute dans la veine d'I Can't Drive 55, le domaine où le blond bouclé excelle. L'album est donc ultra compact avec de vrais tueries comme Poundcake, Judgement Day (Eddie tellurique sur ce titre), Pleasure Dome, The Dream Is Over, et bien sûr Right Now. C'est de loin le meilleur Van Hagar, même si Top Of The World montre leurs limites. Ils n'innoveront jamais comme lorsqu'Eddie a pondu Jump, et se contentent d'un morceau de clôture développé à partir de la phrase de guitare qui terminait justement le tube pré-cité.
Balance enfonce le clou, avec un son énoooooorme, mais comme je le disais précédemment, Sammy hurle trop, et gâche nombre de morceaux.

Sam est un grand chanteur, pas de doute, mais dans Van Halen, j'ai toujours eu le sentiment qu'il en faisait des caisses pour bien montrer qu'il était meilleur que Dave, jusqu'à parfois en oublier l'essentiel, le feeling, la musicalité, le swing, le truc magique quoi.
Qu'il a su insuffler dans Chickenfoot, livrant pour moi avec Come Closer du deuxième album, certainement sa meilleure prestation ever.

Je comprends aussi, pour conclure, que l'arrivée de Sam a du être une libération pour Eddie, sous le joug de Dave depuis des années.
Dave c'était, au-delà du chanteur, le monsieur Loyal de Van Halen, le directeur artistique, qui n'hésitait pas à brider Eddie à l'occasion. Un comble quand on a un tel génie en face de soi ! (toute ressemblance avec Fish étant bien sûr fortuite :) )
Dave, enfant hyperactif, constamment en mouvement, pensant à mille à l'heure a du être bien fatiguant à la longue mais c'est aussi sa personnalité hors normes qui a hissé Van Halen au sommet.
Et je maintiens que dans le match qui a continué de les opposer, à distance cette fois, c'est le Fauve d'Amazone qui a remporté la mise artistiquement pendant 10 ans, même si ce sont ses ex-acolytes qui ont caracolé en tête des ventes. D'Eat Em And Smile à Your Filthy Little Mouth, on a découvert d'autres aspects, d'autres humeurs, il a en quelque sorte poursuivi sur la voix très éclectique des six premiers Van Halen.
Eat Em And Smile oscille entre le Van Halen des débuts et ses aspirations swing. Qui d'autre que lui pour reprendre le That's Life de Sinatra ??
Skyscraper est un chef d'oeuvre, une production en totale osmose avec Steve Vai, qui n'a jamais été meilleur que dans le format chanson, aux côté de Dave. Qui lui, au lieu de répondre aux basses attaques, évoque le bon vieux temps (qu'il a toujours regretté, malgré les apparences) dans un bijou nommé Damn Good.
A Little Ain't Enough marque le pas, et fait à mon sens jeu égal avec F.U.C.K, souffrant du même défaut : un peu trop grosse cavalerie. La surproduction de Bob Rock convient à Metallica, mais manque de nuances pour un Diamond Dave, qui garde son style mais commence à tourner en rond.
En revanche Nile Rodgers a eu le mérite de réinventer un peu le répertoire du chanteur, lui donnant une patte plus street, conforme à sa vie devenue New-Yorkaise. Your Filthy Little Mouth a été un total échec commercial pourtant il est pour moi mille fois plus attachant que Balance.

La suite a montré qu'il ne restait pour les deux camps qu'une voix possible, la réunion...

A+

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4368
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: Eddie VAN HALEN

Message par gato13 » 20 octobre 2020, 14:42

L'hommage du Vélodrome...

Image
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4368
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: Eddie VAN HALEN

Message par gato13 » 20 octobre 2020, 14:57

"Eat Em And Smile" et "Skyscraper" : CHEFS D’ŒUVRE !!!

Ta comparaison avec Marillion est intéressante... Fish vs. Hogarth !

J'adore la période David Lee Roth et j'adore la période Sammy Hagar. Le groupe évolue car ces deux deux personnalités sont totalement différentes mais je peux comprendre qu'on soit choqué quand le second refuse d'interpréter le répertoire du premier. Hogarth me gonfle bien quand il refuse d'interpréter les titres issus de"Fugazi" et certains de "Script for a Jester's Tear"...

Pour ma part, je prends un groupe dans son entité et son histoire et j'essaie d'éviter de comparer... parfois pour certains groupes l'adaptation est plus difficile mais il est très rare que je rejette un groupe que j'admire suite au changement d'un de ses membres même si celui-ci fait partie de mes idoles comme par exemple Ritchie Blackmore quand il a quitté définitivement Deep Purple en 1993. Le groupe n'a jamais été aussi libre et décomplexé que depuis l'arrivée de Steve Morse...

Bon Scott ou Brian Johnson
Ian Gillan ou David Coverdale + Glenn Hughes
Peter Gabriel ou Phil Collins
Paul Di'Anno ou Bruce Dickinson
Bobby Kimball ou Joseph Williams
David Lee Roth ou Sammy Hagar

L'histoire du rock est jonchée de ces perpétuels changements au sein des groupes que ce soit suite à un décès ou pour les divergences musicales bien arrangeantes...

8-)
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
Le Nobre
Membre Sénior
Messages : 432
Enregistré le : 31 mars 2006, 09:41
Contact :

Re: Eddie VAN HALEN

Message par Le Nobre » 20 octobre 2020, 15:34

Je pensais davantage en l'occurrence à Fish Vs Rothery... ;) N'est-ce pas Steve qui s'est souvent dit "libéré" depuis le départ du Poisson ? Tout comme Eddie en 1986...

Oui la comparaison n'est pas toujours utile, simplement elle s'impose parfois d'elle-même à l'écoute.
Si on aime on aime, si on n'aime pas ou moins, on se dit mince, pourquoi ?
Et dans le cas de Van Halen, je sais pourquoi. Dave me manquait. Toute cette vista, ces idées qu'il apportait à la musique d'Edward.

Bon Scott, c'est la force du destin qui l'a arraché à AC/DC, alors que dire ? Brian Johnson a toujours
fait au mieux, avec un dévouement total.
Phil Collins, c'est le chaînon manquant. Comment imaginer qu'un talent aussi multiple se cachait derrière les fûts,
dans l'ombre de Peter Gabriel ?
Bruce Dickinson a été nécessaire pour épouser l'évolution musicale de Maiden. Je n'imagine pas Paul Di Anno sur Powerslave.
Mais Killers reste un monstre d'album.
Toto a toujours bien sonné, au fil du temps, quelque soit le chanteur.

Au-delà des changements de personnel, le vrai juge de paix, c'est la qualité des compos, encore et toujours...
Je ne crois pas sincèrement pas qu'un OU812 puisse rivaliser avec un Fair Warning sur ce point...
Mais nous touchons à ce que l'on peut appeler l'âge d'or d'un artiste et sa durée... Ceci fera l'objet d'une autre discussion... ;)
A+

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4368
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: Eddie VAN HALEN

Message par gato13 » 21 octobre 2020, 14:43

"Au-delà des changements de personnel, le vrai juge de paix, c'est la qualité des compos, encore et toujours..."

Entièrement d'accord sur ce point... j'y ajouterai une petite remarque... il y a aussi la personne que nous sommes, l'âge, la vie et ses aléas et de ce fait la période à laquelle on entend les compositions en question.

Le pré-ado que j'étais en 1978 et qui s'est pris dans la gueule et les oreilles "Eruption", "Ain't Talkin' 'Bout Love" ou "Ice Cream Man" et deux ans plus tard "Fools", "And the Cradle Will Rock" ou "Take Your Whiskey Home" avait plus tendance à s'émerveiller et à être réceptif à ce rock festif, décalé, déluré et jubilatoire alors pratiqué par Van Halen emmené par l'extravagant David Lee Roth. L'adulte que j'étais en 1991 et 1995 en découvrant "Poundcake", "Right Now", "Pleasure Dome" ou "The Seventh Seal", "Feelin'", "Aftershock" et "Not Enough" était certainement plus en adéquation et plus réceptif avec le Van Halen d'alors. Moins fun, moins débridé je l'accorde mais peut être plus adulte, plus posé. Ce n'est qu'une question de ressenti, de qui on est à l'instant de la découverte. Après, on peut préférer plus l'un que l'autre, adorer les deux, renier à tout prix nos goûts musicaux de jeunesse, refuser à tout prix le changement. C'est aux goûts de chacun... Je ne pense pas que les compos de la période Hagar soient moins bonnes que celles de la période Lee Roth. Elles sont simplement différentes. Et la période à laquelle elles sont sorties aussi était différente. L'arrivée de MTV a beaucoup changer la donne et le son des groupes de rock. Un son Bigger Than Life auquel n'a pas échappé Van Halen. On adhère ou pas. Moi, ça ne m'a pas trop choqué tant quand les groupes étaient aussi performants sur scène que sur disque. Ce qui était le cas de Van Halen comme de beaucoup d'autres. Pour certains valaient mieux passer son tour...

Il me semble avoir lu dans une interview à l'époque de la séparation qu'Eddie Van Halen, outre le fait de se sentir étouffé par la personnalité de David Lee Roth, n'était plus satisfait des performance scéniques et vocales de ce dernier. De plus son envie d'aller vers des compositions plus ambitieuses avec pour certaines un aspect plus "dramatique" que "festif" comme on en retrouve sur "F.U.C.K.", "Balance" et "Van Halen 3" l'a peut être poussé à s'entourer de chanteurs plus carrés au registre approprié à ce type de chansons. J'imagine mal Diamond Dave chanter "The Seventh Seal", "Don't Tell Me (What Love Can Do)", "Feelin'" ou "Right Now". Comme à l'inverse et je te l'accorde volontiers, Sammy Hagar était peu à l'aise sur le peu de titres de la période Lee Roth qu'il interprétait sur scène. Un manque de panache et de folie contagieuse qui était la grande force du Showman Diamond Dave ! Chacun sa personnalité, ses qualités et ses défauts, prenons ce qui fait les forces et les faiblesses de chacun. Je préfère cela au clonage...

Amicalement
Si tu veux contrôler le peuple, commence par contrôler sa musique. (Platon)

Avatar du membre
Le Nobre
Membre Sénior
Messages : 432
Enregistré le : 31 mars 2006, 09:41
Contact :

Re: Eddie VAN HALEN

Message par Le Nobre » 21 octobre 2020, 21:09

Il ressort de tout cela que j’ai du rester un grand enfant ! ;) Car en 1991 j’espérais encore le cocktail qui me plaisait tant 10 ans plus tôt.
Quitte à aborder des thèmes plus sérieux, ce qui est bien légitime au gré d’une évolution personnelle, autant les traiter avec le talent adéquate. Je trouve à ce titre que Gary Cherone a démontré un autre niveau que Sam au niveau des lyrics, même si Van Halen 3, le plus expérimental d’Eddie, a été descendu en flammes.

Et Dave a su montrer lui aussi de temps à autre une maturité fort bien servie par sa plume habile...
A+

Répondre