LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Pour discuter de tout ce qui ne trouve pas sa place ailleurs.
Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 01 janvier 2021, 11:32

Image
(2019)

Le 5 septembre 1862 James Glaisher (astronome, météorologiste et aéronaute anglais) et Henry Coxwell (aéronaute) battent le record du monde d'altitude après une ascension en ballon mouvementée. Plusieurs ascensions lui ont permis de mesurer le niveau d'humidité et la température à des altitudes élevées. "The aeronauts" retrace ce fameux 5 septembre 1862 et comme il est indiqué en préambule du film, il est inspiré d'une histoire vraie. La belle affaire, car à l'écran, on retrouve bien James Glaisher sous les traits d'Eddie Redmayne mais point d'Henry Coxwell sacrifié aux diktats de la bien pensance "Me Too" et du bashing social féministe. C'est Felicity Jones dans le rôle d'une femme totalement inventée qui devient la copilote du scientifique. Et comme de bien entendu, à elle les exploits physiques et surhumains pourtant non conformes avec ceux très éprouvants au demeurant vécus en réalité par le copilote Henry Coxwell. Et le pire, c'est que rien n'indique la supercherie, aucune allusion n'est faite à l'usurpation d'identité et à la falsification des évènements. Une honte et un procédé pitoyable dont les responsables n'en sortent pas grandis. Alors oui, la tentation était grande de réunir à nouveau le couple phare du magnifique "Une merveilleuse histoire du temps" mais pas au prix d'une telle arnaque. Sans parler de ces affreuses images numériques qui deviennent de plus en plus envahissantes.

HONTEUX !!!

:oops:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 02 janvier 2021, 11:02

Image
(2003)

Virevoltant, débridé, jubilatoire et doté d'un second degré salvateur, "Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl" ne lésine pas sur les moyens mis en œuvre pour en mettre plein la vue. Scénario malin répondant aux critères du genre sur fond d'ambiance fantastique, réalisation dynamique et ample, séquences d'action impressionnantes, effets spéciaux bluffants au service d'un grand huit cinématographique au sommet duquel trône un Johnny Depp flamboyant et absolument génial en pirate au look de rockstar. Le succès mérité du film engendrera quatre suites plus ou moins réussies mais aucune d'entre elles n'égalera ce premier et meilleur épisode de la série.

À L'ABORDAGE !!!

:wub: :wub: :wub:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 02 janvier 2021, 18:29

Hier soir:
Image
de Christopher McQuarrie (2012)

Mon avis ici :arrow: viewtopic.php?f=11&t=1299&p=35306&hilit ... rie#p35306

8-)
"Make it count"

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 03 janvier 2021, 10:36

Image
(2006)

Il était prévisible qu'après son énorme succès, toute l'équipe se reforme pour donner une suite à "Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl". Et comme bien souvent, quand il s'agit d'un second volet, place à la surenchère. Tout devient plus grand, plus démesuré, plus grandiose jusqu'à la durée même du film qui avoisine les 2h30. Mais ce qui est moins impressionnant par contre, c'est le scénario. À trop vouloir multiplier les intrigues, les rebondissements et les péripéties, la montagne accouche d'une souris. Ce n'est plus une histoire mais une succession de scènes confuses, ce n'est plus de l'aventure mais une fête foraine. Gore Verbinski s'en donne à cœur joie et aligne des séquences interminables dont le ressort narratif se perd à trop vouloir épater la galerie. Tout le monde est en pilotage automatique, des comédiens aux scénaristes. Divertissant mais très vite épuisant. La surprise et le charme du premier film sont bien loin à la vision de cette super production dénuée d'âme et de raison.

ET UNE BOUTEILLE DE RHUM !!!

:|
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 03 janvier 2021, 17:11

Aujourd'hui:
Image
de George Clooney (2020)

Un film de SF humaniste et écologique magnifiquement réalisé par un George Clooney en état de grâce,également face caméra dans un rôle grave et inattendu....."Minuit dans l'univers" (magnifique titre) est un film sombre et mélancolique qui souffre cependant de quelques longueurs et surtout d'un manque d'explications sur la nature du mal qui fait mourir doucement la terre....cette réserve mise à part,et pour peu qu'on se laisse porter par la mise en scène,lente et douce de Clooney,alors le voyage qu'il nous offre est tout simplement beau....

8-)
"Make it count"

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 04 janvier 2021, 10:43

Image
(2007)

Oyez, oyez braves gens, embarquez-vous pour la suite des aventures mouvementées du capitaine Jack Sparrow, de Will Turner, d'Elizabeth Swann, Barbossa, Davy Jones et autres pirates des océans. À la barre, le toujours fougueux Gore Verbinski, tellement fougueux qu'il a oublié le scénario à quai. Alors, à défaut de raconter une histoire cohérente, le commandant Verbinski vogue au gré de la houle, des vents et des avis de tempête. Il perd le nord, sa boussole lui fait perdre la tête, il improvise et navigue à vue de nez, là où son flaire l'entraîne. Dialogues éparpillés aux quatre vents, pas de problème, place à l'improvisation et aux scènes à rallonge qui à défaut de faire avancer le schmilblick ont le mérite de faire rire. Assez parloter maintenant, place à l'action et aux explosions. C'est bon, ça le commandant Verbinski, il gère plutôt bien car son équipage des effets spéciaux est rompu à la pratique. Ça pétarade, ça virevolte, ça décoiffe et ça émerveille. Mais voilà, il faut bien continuer à raconter cette satanée histoire à laquelle le maître à bord n'y comprend plus rien. Où il en était donc ? Ha oui, improvisations et à nouveaux scènes bavardes à rallonge censées faire évoluer les enjeux dramatiques jusqu'au climax du film. Celui qui va clouer les spectateurs dans leurs fauteuils douillets. Son armateur Jerry Bruckheimer et les banquiers Disney lui ont donné carte blanche. Il peut dépenser sans compter. C'est pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Le commandant Verbinski se retrouve à la tête d'une armada constituée d'une centaine de navires de sa Majesté venus affrontés la confrérie des pirates et ses nombreux bateaux. Et au cœur d'un maelström gigantesque, deux navires se livrent une bataille titanesque pendant que plus d'une centaine assiste au spectacle. Pourquoi sont-ils venus ? Mystère. Alors que la tempête fait rage, le vent a-t-il cessé de gonfler leurs voiles ? Mystère bis. Et lorsque le chef de la flotte est aux prises avec deux navires ennemis, s'aperçoivent-ils alors qu'ils ont oublié, à l'instar de l'imagination en berne des scénaristes du film, leurs canons au port ? Mystère ter. Toujours plus loin, toujours plus grand, toujours plus loufoque, toujours plus spectaculaire, tel semble être la devise du commandant Verbinski mais il arrive parfois qu'à trop naviguer dans des eaux indécises, inconnues, sans préparation aucune, certains marins se perdent dans l'océan. Et bien souvent, les voyages agités provoquent le mal de mer.

HISSEZ LA GRANDE VOILE !!!

:|
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 04 janvier 2021, 11:24

gato13 a écrit :
04 janvier 2021, 10:43
Image
(2007)

Oyez, oyez braves gens, embarquez-vous pour la suite des aventures mouvementées du capitaine Jack Sparrow, de Will Turner, d'Elizabeth Swann, Barbossa, Davy Jones et autres pirates des océans. À la barre, le toujours fougueux Gore Verbinski, tellement fougueux qu'il a oublié le scénario à quai. Alors, à défaut de raconter une histoire cohérente, le commandant Verbinski vogue au gré de la houle, des vents et des avis de tempête. Il perd le nord, sa boussole lui fait perdre la tête, il improvise et navigue à vue de nez, là où son flaire l'entraîne. Dialogues éparpillés aux quatre vents, pas de problème, place à l'improvisation et aux scènes à rallonge qui à défaut de faire avancer le schmilblick ont le mérite de faire rire. Assez parloter maintenant, place à l'action et aux explosions. C'est bon, ça le commandant Verbinski, il gère plutôt bien car son équipage des effets spéciaux est rompu à la pratique. Ça pétarade, ça virevolte, ça décoiffe et ça émerveille. Mais voilà, il faut bien continuer à raconter cette satanée histoire à laquelle le maître à bord n'y comprend plus rien. Où il en était donc ? Ha oui, improvisations et à nouveaux scènes bavardes à rallonge censées faire évoluer les enjeux dramatiques jusqu'au climax du film. Celui qui va clouer les spectateurs dans leurs fauteuils douillets. Son armateur Jerry Bruckheimer et les banquiers Disney lui ont donné carte blanche. Il peut dépenser sans compter. C'est pas tomber dans l'oreille d'un sourd. Le commandant Verbinski se retrouve à la tête d'une armada constituée d'une centaine de navires de sa Majesté venus affrontés la confrérie des pirates et ses nombreux bateaux. Et au cœur d'un maelström gigantesque, deux navires se livrent une bataille titanesque pendant que plus d'une centaine assiste au spectacle. Pourquoi sont-ils venus ? Mystère. Alors que la tempête fait rage, le vent a-t-il cessé de gonfler leurs voiles ? Mystère bis. Et lorsque le chef de la flotte est aux prises avec deux navires ennemis, s'aperçoivent-ils alors qu'ils ont oublié, à l'instar de l'imagination en berne des scénaristes du film, leurs canons au port ? Mystère ter. Toujours plus loin, toujours plus grand, toujours plus loufoque, toujours plus spectaculaire, tel semble être la devise du commandant Verbinski mais il arrive parfois qu'à trop naviguer dans des eaux indécises, inconnues, sans préparation aucune, certains marins se perdent dans l'océan. Et bien souvent, les voyages agités provoquent le mal de mer.

HISSEZ LA GRANDE VOILE !!!

:|
Excellent compte rendu......

8-)
"Make it count"

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 05 janvier 2021, 15:25

Image
(2011)

Après le naufrage orchestré par le commandant Gore Verbinski, il faut renflouer le navire. Le Commodore Rob Marshall se retrouve à la barre avec pour mission de redonner des couleurs aux Capitaines Jack Sparrow et Hector Barbossa. Une cure de jouvence comme qui dirait. Du sang neuf avec la présence d'une pirate sensuelle, roublarde et déterminée sous les traits de la divine Penélope Cruz. Et pour encrer encore plus la saga dans la mythologie, le légendaire Barbe Noire personnifié par l'inquiétant et charismatique Ian McShane. On resserre l'intrigue, point d'égarements et autres divagations. Fini les dialogues à rallonge, les délires improvisés. On va droit à l'essentiel avec un scénario basique, linéaire mais cohérent. Le Commodore Rob Marshall s'offre même le luxe d'une scène d'ouverture bien sombre et de deux scènes d'actions fort réussies. Une poursuite en calèche et une attaque de sirènes qui flirtent par instant avec des ambiances de films d'épouvante et d'horreur. Comme quoi, grand spectacle et film familial peut rimer parfois avec exigence et risque. Certes, cela reste dans les limites du cahier des charges mais cela fait du bien d'assister à un film plutôt qu'à une fête foraine d'autant plus quand le maître à bord privilégie le naturel aux effets numériques.

VIREZ DE BORD !!!

:wub: :wub:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 07 janvier 2021, 15:42

Image
(2017)

Tel le capitaine William Bligh à bord du Bounty, le Commodore Rob Marshall a été victime d'une mutinerie. Ses armateurs, Jerry Bruckheimer et les banquiers Disney, et ses passagers du public n'ont pas apprécié l'aventure plus condensée, plus sombre et moins loufoque du précédent voyage. Mais il est grillé du plafond ce Commodore, veut faire fuir les bouffeurs de pop-corn et autres buveurs de soda acquis à notre quête du Saint Dollar, Yen, Euro et autres ! Verdict : le supplice de la planche pour l'infortuné Commodore. Pas de temps à perdre, embauchons deux matelots du cru pour commander le futur navire. C'est Joachim Rønning et Espen Sandberg qui sont contents. Des seconds en tant que scénaristes ? Pas la peine. On vous met des bouts de papier dans un bol et vous piochez au hasard pour faire avancer une histoire fantomatique. Regardez ce qu'on a tiré : gags, scènes d'action et effets spéciaux ! Ça tombe bien, avec le numérique vous allez pouvoir faire comme dans le premier film et faire revenir des morts vivants qui n'auront pas à comprendre les enjeux d'un récit famélique. Et Joachim et Espen, ils sont aux anges. Leurs cerveaux sont au repos, leurs imaginations en vacances à la montagne pour faire du ski et vogue la galère ! En chemin ils ont discuté proses et alexandrins avec Scapin, lui aussi en route pour une autre galère sauver le fils de Géronte, sans oublier de donner leurs consignes aux comédiens : aujourd'hui théâtre d'impros à gogo ! Et voici donc le Pochetron Jack Sparrow flanqué du toujours capitaine, lui, Hector Barbossa, du rejeton de William et Elizabeth Turner et de sa future (attention spoiler du plus grand suspense du film) fiancée. Une scène d'action, une scène de franche déconnade, une scène d'action, une scène de franche rigolade et des effets spéciaux à droite, à gauche, en haut, en bas, au milieu, tous "À la poursuite de l'histoire Perdue". Iceberg droit devant, ah non ça c'est l'autre navire qui est entré dans l'Histoire, le pauvre Black Pearl, lui, a sombré corps et âme face au mélodieux chant des sirènes pécuniaires...

JETEZ L'ANCRE MARINS D'EAU DOUCE !!!

Y'A PLUS DE NAVIRE CAPITAINE, ON S'EST SABORDÉ !!!


:|
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 09 janvier 2021, 19:18

Aujourd'hui:
Image
de Andrew Lau et Alan Mak (2003)

Un troisième et ultime volet qui vient clore une trilogie absolument magistrale,véritable sommet du polar des années 2000....bien qu'un peu plus difficile à suivre à cause des très nombreux allers-retours "passé-présent" ,"Infernal affairs 3" est aussi plus dense,plus mélancolique que les deux premiers films....la réalisation reste très classe,l'interprétation de haute volée et l'intrigue garde son lot de rebondissements jusqu'au final étonnant.
Un très bon polar donc,pour une énorme saga !

8-)
"Make it count"

Répondre