LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Pour discuter de tout ce qui ne trouve pas sa place ailleurs.
Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 10 avril 2021, 23:57

Ce soir:
Image
de Patty Jenkis (2020)

Raté de bout en bout et absolument consternant,"Wonder Woman 1984" est LA définition du navet......c'est en fait la négation totale du cinéma avec ce que cela pourrait engendrer comme conséquence : éloigner les véritables amoureux du 7ème art des salles quand elles réouvriront car Hollywood ne propose désormais trop souvent que des produits insipides,laids et vides de tout tels que celui-là.....LE NEANT ABYSSAL

8-)
Modifié en dernier par Mr a le 11 avril 2021, 09:03, modifié 1 fois.
"Make it count"

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 11 avril 2021, 08:19

Mr a a écrit :
10 avril 2021, 23:57
Ce soir:
Image
de Patty Jenkis (2020)

Raté de bout en bout et absolument consternant,"Wonder Woman 1984" est LA définition du navet......c'est en fait la négation totale du cinéma avec ce que cela pourrait engendrer comme conséquence : éloigner les véritables amoureux du 7ème art des salles quand elles réouvriront car Hollywood ne propose désormais trop souvent des produits insipides,laids et vides de tout tels que celui-là.....LE NEANT ABYSSAL

8-)
"Wonder Woman 1984" + "Zack Snyder's Justice League" = 0

Consternant autant l'un que l'autre !

:oops:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 11 avril 2021, 11:02

Image
(2006)

Adapté du roman de P.D. James, "Les Fils de l'homme" est un film de science-fiction dystopique dans lequel l'humanité est devenue stérile. Le réalisateur Alfonso Cuarón s'empare à bras le corps de ce sujet qui fait froid dans le dos et nous livre un film palpitant, sombre, intelligent, émouvant qui ne peut laisser indifférent. "Les fils de l'homme" est un modèle de mise en scène et contient des plans-séquences hallucinants dont deux d'anthologie parmi les plus saisissants jamais vus au cinéma. La photographie grisâtre ainsi que la manière de tourner donnent au film un aspect documentaire qui renforce l'impact émotionnel qui s'en dégage. Clive Owen est exceptionnel et livre une prestation magistrale. Il est superbement entouré par Julianne Moore, Michael Caine, Claire-Hope Ashitey et Chiwetel Ejiofor. Plus qu'un film de genre, "Les fils de l'homme" est tout simplement un très grand film appelé à devenir une référence absolue.

ÉPOUSTOUFLANT !!!

:wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 11 avril 2021, 11:21

gato13 a écrit :
11 avril 2021, 11:02
Image
(2006)

Adapté du roman de P.D. James, "Les Fils de l'homme" est un film de science-fiction dystopique dans lequel l'humanité est devenue stérile. Le réalisateur Alfonso Cuarón s'empare à bras le corps de ce sujet qui fait froid dans le dos et nous livre un film palpitant, sombre, intelligent, émouvant qui ne peut laisser indifférent. "Les fils de l'homme" est un modèle de mise en scène et contient des plans-séquences hallucinants dont deux d'anthologie parmi les plus saisissants jamais vus au cinéma. La photographie grisâtre ainsi que la manière de tourner donnent au film un aspect documentaire qui renforce l'impact émotionnel qui s'en dégage. Clive Owen est exceptionnel et livre une prestation magistrale. Il est superbement entouré par Julianne Moore, Michael Caine, Claire-Hope Ashitey et Chiwetel Ejiofor. Plus qu'un film de genre, "Les fils de l'homme" est tout simplement un très grand film appelé à devenir une référence absolue.

ÉPOUSTOUFLANT !!!

:wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub:
+1 :arrow: viewtopic.php?f=11&t=1299&p=29810&hilit ... ron#p29810

8-)
"Make it count"

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 13 avril 2021, 08:03

Image
(2004)

Réalisé par Marc Forster ("À l'ombre de la haine", "Quantum of Solace", "World War Z", "Jean-Christophe et Winnie"...) "Neverland" s'inspire de la vie du dramaturge écossais J. M. Barrie auteur en 1904 de la pièce de théâtre "Peter Pan, ou le garçon qui ne voulait pas grandir" qu'il publiera sous forme de roman en 1911 sous le titre "Peter et Wendy". C'est Johnny Depp qui prête ses traits au célèbre auteur. Il est admirable et réalise une performance toute en finesse, subtile, attendrissante, émouvante. Kate Winslet interprète le rôle de Sylvia Llewelyn Davies, mère des cinq enfants qui seront la source d'inspiration pour la création de Peter Pan. Elle est bouleversante et son alchimie avec Johnny Depp est parfaite. Les enfants sont joués par de jeunes comédiens malicieux sans oublier un Dustin Hoffman plein de roublardise, d'humanité et la grande Julie Christie impériale en mère de Kate Winslet. Merveilleux, poétique, romanesque, romantique, émouvant, "Neverland" est un bonheur de film, une bouffée d'oxygène féérique et humaniste illuminée par une mise en scène brillante et sublimée par deux artistes en état de grâce. Un film magnifique !

MAGIQUE !!!

:wub: :wub: :wub: :wub: :wub: :wub:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 14 avril 2021, 13:23

Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Avatar du membre
Mr a
Membre Sénior
Messages : 7651
Enregistré le : 20 septembre 2011, 17:51
Localisation : entre le siège et l'écran!

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Mr a » 14 avril 2021, 18:15

Hier soir:
Image
de Uli Edel (2008)

Une chronique violente,brutale et réaliste du groupe terroriste d'extrême gauche allemand dans les années 70......Uli Edel (le sulfureux "Body" avec Madonna) met en scène son film à la manière d'un thriller au rythme effréné et livre au final un film ultra efficace,captivant et passionnant...et de se dire que "La bande à Baader" est un remarquable film d'action doublé d'un regard non complaisant sur une époque trouble et très noire de l'Allemagne contemporaine..... Choc !!!

8-)
"Make it count"

Nonotofu
Membre Sénior
Messages : 1648
Enregistré le : 29 mars 2013, 23:14

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Nonotofu » 14 avril 2021, 20:18

Mr a a écrit :
10 avril 2021, 23:57
Ce soir:
Image
de Patty Jenkis (2020)

Raté de bout en bout et absolument consternant,"Wonder Woman 1984" est LA définition du navet......c'est en fait la négation totale du cinéma avec ce que cela pourrait engendrer comme conséquence : éloigner les véritables amoureux du 7ème art des salles quand elles réouvriront car Hollywood ne propose désormais trop souvent que des produits insipides,laids et vides de tout tels que celui-là.....LE NEANT ABYSSAL

8-)
Une m...e intergalactique.
Je plussoie. Pourtant, j'avais bien aimé le premier malgré le pouvoir de l'amur.

Nonotofu
Membre Sénior
Messages : 1648
Enregistré le : 29 mars 2013, 23:14

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par Nonotofu » 14 avril 2021, 20:21

gato13 a écrit :
10 avril 2021, 10:31
Image
(2021)

La version cinéma sortie en 2017 était une catastrophe. Zack Snyder se sentant trahi a décidé de reprendre le projet duquel il avait été écarté. Résultat, ce "Zack Snyder's Justice League" rendant justice à la vision de son auteur. Verdict, quatre heures indigestes de ralentis tous plus maniérés les uns que les autres ou comment étirer des situations creuses sans grand intérêt dramatique et émotionnel. Un patchwork visuel souvent très laid sensé masquer la pauvreté d'un scénario qui peine à faire exister des personnages iconiques qui ne sont là que pour prendre la pause. Et vas-y que je fronce les sourcils, et vas-y que je postule pour un concours de bodybuilding ! Les limites du cinéma de Zack Snyder sont atteintes avec des scènes d'actions d'une pauvreté affligeante noyées dans un malstrom d'effets spéciaux apparemment plus importants pour le cinéaste que ses interprètes. En allant au bout de ses rêves, Zack Snyder inspire le respect par la conviction et la ténacité de son ambition artistique. Malheureusement, ambition ne rime pas forcément avec raison, excès rime peu souvent avec humilité et c'est bien de cela qu'il s'agit avec ce "Zack Snyder's Justice League" au titre bien prétentieux pour un résultat aussi désastreux.

NAVRANT !!!

:oops:
Grand fan de Snyder, j'attends la sortie du blu ray avec impatience.
J'espère pouvoir te contredire :lol:

Avatar du membre
gato13
Membre Sénior
Messages : 4900
Enregistré le : 15 septembre 2016, 12:34
Localisation : Aix-en-Provence et ses environs

Re: LA MUSIQUE OK MAIS LE CINE ?

Message par gato13 » 15 avril 2021, 14:56

Image
(1949)

Dernier des trois films tournés par Ingrid Bergman sous la direction d'Alfred Hitchcock, "Les amants du Capricorne" est une œuvre à part dans la carrière du Maître. Flamboyant mélodrame en costume à la somptueuse photographie en technicolor, il s'agit du deuxième film en couleur du cinéaste après "La corde" en 1948 avec James Stewart. Hitchcock dirige à nouveau l'excellent Joseph Cotten, six ans après le formidable "L'ombre d'un doute". Comme à l'accoutumée, Alfred Hitchcock innove, ose et sa mise en scène virtuose, faîte de longs plans séquences, de caméras en mouvement ou de tableaux statiques, impose un rythme aux mots et aux performances des comédiens. Film bavard mais jamais ennuyeux, "Les amants du Capricorne" est une déclaration d'amour tout entière à la gloire de la sublime Ingrid Bergman. Sa capacité à passer de la fragilité à l'incandescence, de la raison à la déraison, de la faiblesse à la force et du rire aux larmes est phénoménale. Actrice miraculeuse, une des plus grandes de l'histoire du 7ème art, elle irradie chaque parcelle de la pellicule de sa beauté et de son immense talent. Film oublié voire méprisé, "Les amants du Capricorne" porte pourtant bien la marque de son auteur et cinéaste, à savoir le génie de savoir raconter une histoire en images inoubliables et bouleversantes.

SOMPTUEUX !!!

:wub: :wub: :wub: :wub:
Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. (Martin Luther King)

Répondre